Le Mag

Grands-parents et petits-enfants : un lien privilégié

Grands-parents et petits-enfants : un lien privilégié

Les grands-parents sont de plus en plus nombreux. Ils jouent un rôle essentiel auprès des petits-enfants. À condition de les voir régulièrement et de respecter la fonction parentale.

Les petits-enfants sont une source de dynamisme et de curiosité pour les grands-parents.

 « Dans le jeu des sept familles, il y a les parents, les enfants et les grands-parents. C’est le modèle de la famille idéale. Une famille sans grands-parents ne serait pas une vraie famille », explique Adrien, 14 ans. Une image qui reflète bien la réalité. Les grands-parents jouent aujourd’hui un rôle très important, y compris celui de garder les petits-enfants lorsque les parents travaillent.  Mais on ne naît pas grand-père ou grand-mère. On apprend à le devenir. C’est d’autant plus vrai que les grands- parents sont de plus en plus jeunes, qu’ils peuvent encore travailler et avoir des enfants à charge.

« Lorsque mon premier petit-fils est né et que je l’ai vu à la maternité, j’ai pleuré de bonheur », se souvient Yvette, grand-mère de deux adolescents. « Je suis heureuse à chaque naissance d’un petit-fils ou d’une petite-fille », remarque Monique, mamie de dix-neuf petits-enfants âgés de 14 mois à 28 ans. Tous les grands-parents ne partagent pas cette joie de façon innée. « Certains deviennent grands-parents très tôt et ne se sentent pas encore mûrs pour ce rôle. Ils peuvent avoir l’impression de vieillir et ont donc besoin d’apprivoiser cette fonction, observe Geneviève de Taisne*. Dans tous les cas, les grands-parents actuels veulent se différencier de leurs propres grands- parents et inventent leur rôle. C’est un vrai espace créatif. » Et, quel que soit l’âge, avoir des petits-enfants représente une nouvelle étape. « Ils nous poussent à rester dynamiques et en forme, à continuer d’être curieux pour pouvoir discuter avec eux », soulignent Yvette et son mari, Aimé.

Des valeurs à transmettre

Si les grands-parents peuvent tirer bénéfice de leur nouvelle fonction, les petits enfants également. Les grands-parents transmettent, en effet, l’histoire familiale. « C’est important pour les enfants de savoir que leurs parents ont eu une enfance », souligne Madeleine Natanson**.

« J’adore regarder les photos de famille et de ma mère quand elle était petite », confirme Pauline, 11 ans. « On aime bien savoir les bêtises que faisaient nos parents lorsqu’ils étaient enfants », ajoute Louis, 15 ans. « Mes petits-enfants me posent souvent des questions sur mon époque, comment on vivait lorsqu’il n’y avait pas d’ordinateur », relate Monique. « Les grands-parents transmettent aussi des valeurs au sens large, leur amour de la vie, le respect. Ils ont le temps d’initier les petits-enfants à des activités que ceux-ci n’ont pas avec leurs parents comme le bricolage ou la cueillette des champignons », explique Geneviève de Taisne. Un échange qui devient réciproque. Monique apprend ainsi l’informatique avec ses deux petites-filles de 11 et 13 ans. « Les grands-parents nous apprennent le passé avec leurs souvenirs et nous leur apprenons le futur avec les nouvelles technologies », résume Adrien. La relation entre les deux générations ne s’arrête pas là. « Si les petits-enfants voient régulièrement leurs grands-parents, ils vont construire une relation très forte, indépendante de celle qu’ont leurs parents avec les grands-parents », constate Étienne Choppy***. Les grands-parents peuvent alors jouer le rôle de confidents et de soutien, notamment auprès des adolescents. « Je sais que si j’ai un conflit avec ma mère ou mon père, je peux me réfugier chez mes grands-parents », confie Adrien. La confiance est donc primordiale. « Les grands- parents ne doivent pas cafter aux parents. Par exemple, si un ado fume en cachette, il ne faut pas le répéter. Mais rien n’interdit aux grands-parents de dire ce qu’ils pensent ! », remarque Étienne Choppy.

Un respect partagé

Les grands-parents sont aussi des rassembleurs. Les vacances chez eux avec les cousins sont essentielles. « Elles permettent à tous de se retrouver et de découvrir les différences qui peuvent exister au sein d’une même famille », insiste Madeleine Natanson. Les moments passés chez les grands- parents deviennent alors des parenthèses agréables. « On mange bien, car Mamie prépare les plats qu’on aime », raconte Pauline. « On vit à un autre rythme, plus lent. C’est plus calme qu’avec les parents. Et je fais des activités différentes», relate Louis. Une relation réussie implique néanmoins quelques règles. « Les grands-parents ont la place qui est accordée par les parents », souligne Étienne Choppy. Ils doivent accepter le système éducatif des parents. Par exemple, une grand-mère ne doit pas apprendre en cachette des prières à sa petite- fille, alors que les parents sont athées.

« Ce sont les parents qui dirigent et gardent l’autorité, même si les grands-parents commandent chez eux », rappelle Madeleine Natanson. Ils peuvent ainsi imposer des horaires de repas et de coucher. « Ces différentes règles de vie apprennent aux enfants à s’adapter », explique la psychanalyste. Des conseils valables aussi pour ceux qui gardent les petits-enfants. Mais il faut savoir aussi que les grands parents n’ont aucun devoir. « Ils ont le droit de refuser de garder un enfant, s’ils ne le peuvent pas », explique Étienne Choppy. « Les grands-parents ont une relation complémentaire à celle des parents. Les parents doivent l’accepter et ne pas en être jaloux », conclut Geneviève de Taisne.

Magali Clausener
*Psychanalyste et auteur de Au plaisir des grands-parents, éditions Desclée de Brouwer.
**Psychanalyste et auteur de Aujourd’hui, les grands-parents, éditions De Boeck.
***Psychanalyste et auteur du Petit Manuel à l’usage des grands-parents qui prennent leur rôle à cœur, éditions Albin Michel.

 

Des vacances avec les petits-enfants

Avant de partir avec vos petits-enfants, vérifiez :

  • Votre assurance familiale. Si un enfant cause un préjudice à un tiers, vous pouvez être déclaré fautif. Les parents sont néanmoins responsables juridiquement. Leur assurance responsabilité civile ou l’assurance « extra-scolaire » peut couvrir les dommages. L’assurance doit aussi couvrir l’enfant s’il est victime d’un accident ;
  • Les formalités pour l’étranger. Carte d’identité et autorisation de sortie ou passeport, formulaire de l’Assurance maladie pour les soins reçus à l’étranger ;
  • Les équipements de la location, de l’hôtel ou du club de vacances en fonction de l’âge des enfants (lit pour bébé, activités, etc.).

 

Partez en famille dans nos clubs