Le Mag

Initiation gastronomique en terres Arméniennes

Initiation gastronomique en terres Arméniennes

Situé dans le sud Caucase, ce pays montagneux presque aussi grand que la Belgique, compte plus de 3 millions d’habitants. Aux portes de l’Europe, c’est le premier état à avoir adopté le christianisme comme religion officielle. La civilisation arménienne est une des plus anciennes au monde !

Elle a donné naissance à une architecture exceptionnelle. Si vous êtes amateur de vieilles pierres et d’histoire, un musée à ciel ouvert vous y attend ! La gastronomie arménienne illustre la richesse d’un fabuleux héritage culturel et l’accueil enthousiaste de la population locale. Partez à la rencontre d’une cuisine qui a su préserver sa singularité en découvrant un pays où, selon la tradition, s’échoua l’arche de Noé… Subtil métissage de cuisine orientale et russe, le raffinement et la diversité des recettes s’expliquent par la répartition géographique du peuple arménien. Vous allez retrouver un grand nombre de plats communs avec la gastronomie grecque, libanaise, turque…

Le repas typique arménien se traduit par l’abondance de plats témoignant du sens de l’hospitalité locale. Il y a toujours un air de fête autour de la table !

Un menu complet et gourmand


Non loin d’Erevan, dans les rues d’Etchmiadzine, capitale religieuse, on achète des graines de tournesol à grignoter pour l’apéro. Il n’est pas rare qu’un étranger soit invité à s’asseoir pour trinquer avec un verre de vodka ou de cognac. Ça vous ouvre l’appétit ?

Les zakouski chauds ou froid accompagnés du célèbre vin du village d’Aréni sont tellement variés qu’on décide de tous les goûter : des tendres feuilles de vigne farcies au djadjik (yogourt battu avec des concombres et de l’ail) en passant par le patlatchan (caviar d’aubergine) ou les délicieux beurek fourrés à la viande ou au fromage.

On savoure le traditionnel hummus (purée de pois chiches arrosée d’huile d’olive) et le taboulé d’origine libanaise (semoule de blé mélangée aux herbes finement hachées). C’est l’occasion de faire connaissance avec la charcuterie locale : le saucisson noir très épicé, le yeghtchik au pasterma fortement parfumé à l’ail. Mieux vaut éviter les rendez-vous galants dans les heures qui suivent…

Aux alentours de la petite ville de Toumanian, se trouvent de nombreux monastères classés au patrimoine mondial de l’Unesco. En arrivant à Ashtarak, profitez des danses et animations folkloriques. À table : coup de cœur et de fourchette pour le su-börek, (lasagnes au fromage et au persil) et pour les mantis, petits raviolis croustillants à la viande sortis du four : tout simplement renversants !

Parmi les plats les plus courants, on trouve les khorovadz, brochettes à base de poisson, de porc, de poulet, d’agneau ou de bœuf à emporter en sandwich dans un pain lavash. Dans les rues ombragées d’Erévan, il existe même une « Khorovadz Avenue » ou l’on sert à toute heure les meilleures brochettes et grillades de la ville.

En revenant du lac Sévan, situé à 2000 m, arrêtez-vous à Dilijan « la petite Suisse arménienne » pour une pause douceur bien méritée. Difficile de choisir entre l’anushabur sorte de pudding crémeux, mélange de blé, de noix et de fruits secs et le gata, une pâtisserie au cœur mœlleux de beurre, noix et épices. Les desserts ressemblent beaucoup aux pâtisseries orientales, très sucrées en bouche. On regarde avec délice le sirop couler à flot sur les baklavas, spécialités régionales, ou saris bourmas fourrées aux amandes. C’est à ce moment là qu’on oublie les calories. D’ailleurs le miel c’est du sucre naturel non ?

Notre choix de spécialités


  • Le khach est une potée de pieds de bœuf bouillis servie en hiver dans la majorité des restaurants traditionnels. On la goûte, parce que c’est la spécialité nationale.
  • Le Lavash est le pain traditionnel à la pâte souple et très fine que l’on peut garnir avec du fromage frais, des oignons ou des herbes aromatiques. Attention de ne pas se brûler les doigts quand il arrive tout chaud et gonflé à votre table !
  • La lahmajoun n’a rien à envier à sa consœur italienne : délicieusement fondante et savoureuse, elle allie viande hachée, persil, oignons et épices sur un fond de pâte très fine.

 

 

Les produits du terroir
 
La grenade est le symbole national de l’Arménie, un fruit aux qualités nutritives étonnantes. Selon la légende, il contient 365 pépins, soit un pour chaque jour de l’année !
 
Le cognac Ararat est produit par la Yerevan Brandy Company la fabrique de Cognac d’Erévan, fondée en 1887. Lors de l’exposition universelle de 1900 à Paris, son brandy y reçoit un grand-prix et le droit d’être appelé « cognac ». Si vous visitez le musée de la fabrique, le bar offre la possibilité d’une dégustation. Vous apprendrez que le brandy est bu à température ambiante, sans glaçons ni olive ou citron. Vous pourrez le siroter avec un fruit, du chocolat, du café et un cigare. D’ailleurs, saviez-vous que l’âge du brandy se lit aux nombres de gouttes qui tombent du verre quand on l’incline 

Et enfin, retenez que «  bon appétit » se dit : « bari akhorjak » !

Vous aimerez :

  • Les monastères d’Haghbat et de Sanahin.
  • Le superbe couvent Novarank.
  • Les magnifiques paysages du Caucase.

 

Notre circuit en Arménie, terre de religion aux portes de l’Europe.