Découvrir Menton à la frontière italienne entre Monaco et Vintimille - Vacances Bleues
menton-face-a-la-mer

Y a pas que le citron à Menton !

menton-char-citron

Direction “le bout du bout de La France” à la frontière italienne, entre Monaco et Vintimille, pour découvrir Menton autrement. Surnommée “la perle de la France”, cette ville nous accueille avec ses couleurs chatoyantes et son climat exceptionnel ; à tel point qu’il est parfois possible de déjeuner dehors en plein mois de décembre !

Menton est mondialement connu pour sa fête du citron, et c'est vrai que ça vaut le détour : 200 tonnes d’agrumes utilisés pour décorer les chars géants et les parterres ornementaux qui attirent chaque année plus de 240 000 touristes en février. Mais Menton est bien plus que la ville du citron avec ses montagnes qui embrassent la mer, sa basilique, ses palaces surannés, ses marchés pittoresques, ses jardins...

On vous emmène parcourir les ruelles colorées et soignées de la vieille ville, un des joyaux de la Côte d’Azur à ne manquer sous aucun prétexte lors d’un séjour au bord de la Méditerranée.

A Menton, il flotte comme un parfum d’Italie

menton-maison-colorées

Indifférente au temps qui passe et imprégnée des douces couleurs de l’Italie baroque et d’un passé princier fastueux, la ville est embaumée par les citronniers et les mandariniers. Quand on l’observe pour la première fois depuis le quai Napoléon III, le vieux Menton semble soutenu par des arcades et dominé par les cyprès du cimetière.

La vieille ville classée "Ville d’art et d’histoire" pour son architecture du XVIIe siècle, nous emporte dans un voyage historique. Bien-sûr, il y a longtemps que les dandies à monocles et les grandes dames ont déserté les grands palaces, mais il flotte ici un parfum d’autrefois. En particulier lorsque l’on remonte la rue Longue dont les rampes du Chanoine-Gouget mènent au Parvis Saint-Michel. Là, vous ne pourrez qu’être époustouflé par l’un des plus ravissants décors à l’italienne que l’on puisse voir en France en découvrant ces deux églises baroques aux campaniles pointant vers le ciel bleu azur et sa jolie vue mer.  Prêtez aussi attention au parvis formé d’une mosaïque recouverte de 250 000 galets noirs et blancs aux armes des Grimaldi. C’est sur ce parvis que se tient depuis 70 ans le Festival de musique en été, l’un des plus anciens et prestigieux festival d’Europe.

Il n’est guère de plus beau lieu de festival d’été que celui de Menton

Certains ne jurent que par lui, entre mer et façade baroque, un cadre magique pour les concerts.

Prenez le temps d’admirer la superbe façade baroque et colorée de la Basilique Saint-Michel-Archange avec ses deux clochers à terrasses et son intérieur italien inspiré de l’église de Gênes. Appréciez également la chapelle des Pénitents-Blancs avec sa façade ornée de guirlandes de fleurs en stuc, son fronton en anse de paniers. Son trompe l’œil au-dessus de l’autel, vaut également le détour.

Vieilles pierres et charme de la Méditerranée

vieux-menton

On continue notre découverte du coeur du vieux quartier historique en arpentant les passages couverts de la rue Matton, puis on grimpe la pente par la rue du Vieux-Château. Là, comme suspendu dans le temps, on profite sans bruit du calme et de la fraîcheur qui se dégagent des très vieilles maisons où sèche le linge, sommeillent les chats et foisonnent les plantes et fleurs en pots.

A l’heure du déjeuner, cela sent les épices et le basilic dans une ambiance farniente au charme typiquement méridional, à l’ombre du soleil cuisant.

Tout en haut, en lieu et place du vieux château fort d’autrefois (d’où vient le nom de la rue !) se dressent les cyprès d’un cimetière dont vous ne serez pas déçu d’avoir franchi le portail.

Un cimetière au panorama à couper le souffle

menton-cimetierre

Une vue magnifique sur les montagnes plongeant dans la mer azuréenne et un panorama sublime sur l’Italie se dévoilent. Il est sans doute l’un des plus beaux cimetières de France décrit par Maupassant et Flaubert avec ses tombeaux cosmopolites.

De ce cimetière, la vue s'étend à gauche, sur l'Italie jusqu'à la pointe où Bordighera allonge dans la mer ses maisons blanches, à droite jusqu'au Cap Martin qui trempe dans l'eau ses flancs feuillus.

Guy de Maupassant

A la fin du XIX, de riches étrangers cherchaient, grâce au soleil de Menton, à lutter contre la tuberculose, comme en témoignent de nombreuses tombes de personnages venus du Canada, des Etats-Unis ou encore de Russie. Les connaisseurs viendront se recueillir sur la tombe de William Webb Ellis (inventeur du Rugby moderne) ou de quelques botanistes britanniques réputés ainsi que sur la dernière demeure du Prince Pierre Troubetzkoy, de la défunte maison impériale de Russie.

 

Quel admirable cimetière, en vue de cette mer éternellement jeune !

Gustave Flaubert, lors d'un séjour à Menton en 1845.

Ici, à 78 m d'altitude, parmi, les croix, les mausolées, les chapelles et les tombeaux cosmopolites, il est fortement possible de “tomber” nez-à-nez avec Olivier  Oliviero, un marbrier à la retraite passionné de Menton et de ses vieilles sépultures. Employé dans les années 80 par la municipalité pour restaurer les tombes, ce chevalier des arts et lettres se passionne pour les anonymes dont il retrace l’histoire avec enthousiasme et émotion. Avec la simplicité et la volubilité des gens du sud, il nous emporte, tel un livre ouvert, vers le passé… une rencontre passionnante.

Des grands noms et des traditions

menton-centre-ville

Il est pourtant temps de redescendre vers la place Saint-Michel et d’emprunter la très escarpée rue des Ecoles-Pies qui débouche sur la rue Bréa. L’occasion de faire une pause à la boutique des huileries Saint-Michel pour s'enquérir de l’or jaune au doux parfum d’olive ! Au numéro 3 de la rue, ne manquez pas la maison où logea Bonaparte en 1796 et celle où naquit le Général de Bréa, fusillé par les insurgés parisiens en 1849. Au bout de la rue se trouvent la chapelle des Pénitents-Noirs ainsi que les vestiges de l’ancienne enceinte fortifiée dont ne subsistent que les portes Saint-Julien, Saint-Antoine et la tour hexagonale.

On retrouve la civilisation avec la très commerçante rue Saint-Michel et ses orangers. On s’arrêtera à l’une des nombreuses terrasses de cafés qui trônent entre les platanes et la colonnade de la charmante place aux herbes. Au petit matin, on appréciera également le grand marché aux fleurs qui prend place à côté, sur le parvis des halles. L’occasion de goûter pichade (mélange de tomates et d’oignons), barbajuan (raviolis farcis) et fougasse à la mentonnaise, à la fleur d’oranger, aux amandes ou aux épices.

On a été également agréablement surpris par les raviolis au citron de chez Pasta Piemonte. Un établissement à deux pas du Royal Westminster où l’on vous propose de terminer la journée, dans une chambre avec une magnifique vue sur mer. Un hôtel grand standing pour profiter au maximum du charme méditerranéen de Menton.

On n’en a pas fini avec Menton, notre prochaine visite vous emmènera découvrir les beaux jardins mentonnais où plusieurs espèces méditerranéennes et tropicales s'épanouissent  grâce à son micro-climat entre mer et montagne.