Le Mag

Interview de l'ancien rugbyman Pierre Albaladejo

albaladejo-splendid-dax

rugby-dax-pierre-albaladejoAncien rugbyman ayant évolué à l’US Dax et en équipe de France, Pierre Albaladejo est né à Dax, à deux pas de notre nouvel hôtel 4 étoiles Le Splendid.
Surnommé « Bala » par ses amis ou « Monsieur Drop » par les médias, il nous fait le plaisir de partager ses souvenirs du Splendid à l’occasion d’une interview, un exercice qui n’a pas de secret pour cet ancien commentateur sportif.

 

 

Commencez par nous raconter un peu votre enfance…

Je suis né et j’ai grandi face du Splendid, sur les berges de l’Adour, dans le quartier du Sablar. Imaginez un petit gavroche qui rêvait de traverser le pont et pénétrer dans ce temple réservé à l'élite... Je passais régulièrement en face, car le stade de l’école de rugby où j’allais était situé sur les berges. Je me souviens du concierge de l’époque qui faisait le tri, alors j’essayais de rentrer en cachette dans ce lieu magnifique
 

Quels sont les grands noms qui sont venus séjourner au Splendid ? Qui avez-vous croisé ?

Jean Cocteau, Sacha Guitry, Pierre Fresnay, Yvonne Printemps… tout le gotha parisien se retrouvait au Splendid ! Pour le tournage du film « Monsieur Vincent », qui relate l’histoire de St Vincent de Paul, Pierre Fresnay venait régulièrement : il faisait tout pour prendre l’accent du sud-ouest !

Un été, lors des Fêtes de Dax, Jean-Loup Dabadie a fait venir Marcello Mastroianni à Dax : quand celui-ci est arrivé au Splendid, il était tellement ébahi par ce hall magnifique (une reproduction du mythique paquebot des années 30 Le Normandie), qui a appelé Fellini : il voulait le faire venir pour tourner un de ses futurs films ici !

Et pendant les ferias, avez-vous une anecdote en particulier à nous raconter ?

De nombreux matadors venaient à Dax pour les ferias : Antonio Ordonnez, Paco Camino, José Mari Manzanares, Enrique Ponce… et bien souvent, ils refusaient de signer leur contrat s’ils n’étaient pas logés au Splendid. Je me souviens de Luis Miguel Dominguin qui par superstition, demandait toujours la même chambre, la 134. Une fois, cette chambre était occupée. Il a failli repartir et a exigé que la cliente change de chambre !
 

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans la rénovation de l'hôtel ?

Bien sûr, le fait que le Splendid retrouve son lustre d’antan ! Mais il y a une véritable plus-value à l’intérieur de l’hôtel : ce sont les fortifications de l’ancien château-fort qui date du Moyen-Age et les voutes qui ont été remises à jour.
 

Merci M. Albaladejo pour le temps que vous nous avez accordé et les anecdotes partagées.
Nous avons hâte de vous accueillir bientôt au Splendid.