Le Mag

Séjour santé en cure thermale

Séjour santé en cure thermale

Retour aux sources

Thérapeutique naturelle, respectueuse du corps et aux effets durables, la cure thermale, déjà prisée des Romains, a aujourd'hui le vent en poupe. En 10 ans, plus de 25 % de personnes supplémentaires ont plébiscité cette méthode alternative aux médicaments ou complémentaire d'un traitement.

 

Avec plus de 600 000 curistes en 2017, les cures thermales attirent chaque année davantage de personnes atteintes de pathologies diverses.

Depuis l’Antiquité, l’eau de source est utilisée pour guérir de nombreux maux. Amélioration de la circulation sanguine, soulagement des douleurs causées par les rhumatismes et l’arthrose, dégagement des voies respiratoires… les bienfaits de la cure thermale ne sont plus à démontrer.

Le thermalisme permet de soigner des maladies chroniques qui évoluent au rythme des poussées ou des récidives et que la médecine moderne ne sait pas guérir.

Il s’agit d'affections articulaires et rhumatismales chroniques (arthrose, lombalgie chronique, polyarthrite rhumatoïde), d'affections de l'appareil respiratoire ORL ou allergiques chroniques (sinusite, asthme), de problèmes dermatologiques (eczéma, psoriasis), d’insuffisance veineuse (phlébite), d'affections du système nerveux ou encore de troubles psychosomatiques.

Les cures agissent en complément des médicaments pour soulager les douleurs.

Baisse des douleurs et amélioration de la qualité de vie

Depuis 30 ans, une centaine d'études scientifiques ont démontré l'efficacité thérapeutique des cures thermales. Dans un article de Sciences et Avenir, le Dr Christian-François Roques, professeur à l'Université Toulouse 3 et Président du Conseil Scientifique de l'Association française pour la recherche thermale (Afreth), insiste sur les effets bénéfiques des cures à moyen terme.

 Sur un panel de 112 000 personnes ayant fait une cure thermale, 97 % d’entre eux ont constaté une baisse de douleurs physiques, une diminution de la prise de médicaments et une meilleure qualité de vie (meilleur sommeil, moins de stress, relaxation) des mois après la cure, explique le Docteur Roques 

Soins et échanges avec le personnel médical

Pour bénéficier pleinement des effets du traitement, 18 jours de cure sont nécessaires.

Si les soins thermaux (bains, douches, massages...) constituent l'essentiel de la cure, les échanges avec les professionnels (médecins, kinésithérapeutes et diététiciens) sont primordiaux pour obtenir des conseils et apprendre à mieux vivre avec sa maladie.

Souvent, des activités à visée éducative complètent les soins thermaux : conférences de médecins ou de diététiciens, ateliers pratiques, séances de relaxation, activités physiques.

Autant de propositions permettant aux curistes d’apprendre à prévenir les complications de leur maladie, à mieux la gérer et à être acteurs de leur santé.

 

Trois destinations thermales aux bienfaits reconnus

 

Vacances Bleues est présent dans plusieurs stations thermales réputées, de la Charente à la Provence, en passant par le Sud-Ouest. Ainsi, les personnes atteintes de maladies chroniques peuvent choisir de faire leur cure thermale à Dax (Hôtel le Splendid), Gréoux-les-Bains (Domaine de Château Laval) ou Jonzac (Les Coteaux de Jonzac).

  • Première destination thermale de France, la station thermale de Dax compte 16 établissements spécialisés dans la rhumatologie et la phlébologie.
  • Gréoux-les-Bains constitue quant à elle la troisième station thermale française. Très profondes et riches en oligo-éléments et en magnésium, les eaux de Gréoux-les-Bains ont la particularité d’émerger à 42 degrés et ne nécessitent pas de réchauffement ni de refroidissement. Les curistes bénéficient de soins personnalisés traitant les voies respiratoires et la rhumatologie.
  • Enfin, les eaux de Jonzac, chargées de soufre et d’oligo-éléments, jaillissent à près de 60 degrés. Les soins prodigués soulagent des problèmes de circulation sanguine, de rhumatismes et d’ORL.
Autant de lieux où les curistes pourront conjuguer soins et tourisme.