Visiter Nice et son arrière pays
promenade des anglais

Sous le charme de Nice et de son arrière-pays

vue-nice-marina

La baie des Anges, la fameuse Prom’, la Grande Corniche… Voici les images qui nous viennent immédiatement à l’esprit lorsque l’on évoque Nice. Si on mettait de côté ces clichés pour découvrir les charmes cachés de la ville ? Audrey, guide-accompagnatrice à l’hôtel Le Royal, lève le voile sur sa ville bien-aimée pour nous en livrer les secrets et nous promettre un voyage en Méditerranée inoubliable !  

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis née à Nice, j’y ai fait mes études et j’ai commencé à travailler comme animatrice et responsable des excursions pour Vacances Bleues en 1996 - d’abord au Scribe, un hôtel qui n’existe plus, puis au Royal. Désormais, je ne m’occupe plus que des excursions et des conseils aux voyageurs. Je travaille aussi pour l’Hôtel Delcloy à Saint-Jean-Cap-Ferrat.

De quelle manière accompagnez-vous les voyageurs ?

vielle-ville-nice

Chaque semaine, je réalise un programme d’excursions en fonction de la saison et de l’événementiel. Il s’agit de sorties en car ou de balades pédestres pour découvrir la ville de Nice. Ces promenades plaisent beaucoup. Les gens sont surpris car la ville est méconnue. Pourtant, sa découverte mérite d’être approfondie, tant au niveau de l’architecture que de l’histoire. Nice n’est française que depuis 1860. Le mélange de styles est très intéressant. La ville a été fondée par des Grecs, elle possède des ruines romaines et des boulevards haussmanniens tout en étant imprégnée d’une douceur de vivre typiquement méditerranéenne.     

La ville a été fondée par des Grecs, elle possède des ruines romaines et des boulevards haussmanniens tout en étant imprégnée d’une douceur de vivre typiquement méditerranéenne.

Henri Matisse, peintre emblématique de Nice, avec Chagall, disait : “Quand j'ai compris que chaque matin, je reverrais cette lumière, je ne pouvais croire à mon bonheur..."  Partagez-vous cette impression ?

J'ai une sensibilité particulière, car je suis devenue guide par passion pour la région et pour la ville de Nice. La ville a attiré des peintres car la lumière y est particulière, surtout en hiver.

La lumière y est particulière, surtout en hiver.

On vient à Nice pour son climat et ses plages…

Plage-sable-nice

Les gens voient Nice comme une ville balnéaire, mais les plages sont de galets. Je pense qu’il ne faut pas venir à Nice pour cela, même si nous avons de jolies petites plages de sable très agréables à 10 kilomètres. Quant au climat, les Anglais ont compris très tôt qu’il était agréable en hiver.

Quels sont, d’après vous, les incontournables de Nice et ses environs ?

Le Vieux-Nice et son marché aux fleurs, les musées Chagall et Matisse, le musée d’Art moderne et d’Art contemporain, le circuit Cocteau, Saint-Paul-de-Vence, mais aussi le carnaval, qui se tient en plein coeur de Nice en février.

Socca, olives, pan bagnat, pissaladière… Les spécialités locales ne manquent pas ! Quelles sont les bonnes adresses à découvrir ?

Toutes celles qui ont le label “cuisine nissarde” sont des valeurs sûres ! Elles proposent les spécialités telles que les beignets de fleur de courgette, la daube, la pissaladière ou encore les farcis, réalisées avec des produits locaux. Lors des balades pédestres, j’amène les gens dans le Vieux-Nice pour leur faire déguster la vraie socca, cuite au feu de bois. J’aime aussi faire découvrir le moulin Alziari, dans le Vallon de la Madeleine. C’est le dernier moulin à huile en activité à Nice. Les gens peuvent y acheter un bidon d’huile. Je propose aussi la visite de la confiserie Florian, célèbre pour ses clémentines confites et ses confitures aux pétales de fleur.

Lors des balades pédestres, j’amène les gens dans le Vieux-Nice pour leur faire déguster la vraie socca, cuite au feu de bois.

A propos de fleurs, le Côte-d’Azur bénéficie d’un climat particulièrement propice à la végétation…

Le tourisme botanique se développe de plus en plus. En juin, à l’occasion du mois des jardins, il est possible de se faire accompagner par un guide botanique pour visiter le Jardin botanique, le Parc Phoenix, mais aussi les jardins de Grasse, de Saint-Jean-Cap-Ferrat et le jardin exotique d’Eze. En février-mars, c’est la saison des mimosas et de l’oeillet, la fleur emblématique de Nice. Et en mai, les roseraies de Grasse sont toutes en fleur.

La ville est entourée de collines… Quelle est la meilleure façon de les découvrir?

Des navettes permettent d’atteindre les villages perchés des Préalpes tels que Aspremont ou Eze. Il existe de nombreuses vallées ayant chacune leurs spécificités architecturales. On peut y pratiquer le ski en hiver, la randonnée et le canyoning. Le circuit des chapelles peintes est une jolie manière de découvrir l’arrière-pays, ainsi que le train des Pignes, qui part du centre de Nice et s’arrête dans les villages.  

J’aime beaucoup me promener dans le parc forestier du Mont Boron, qui domine la baie des Anges.

Pouvez-vous nous dévoiler quelques-uns de vos lieux préférés à Nice et dans les environs ?  

Le Vieux-Nice est envahi par les Niçois tous les week-ends. On y fait ses achats, on vient au marché, on s’assoit en terrasse… La colline du Château, qui surplombe le Vieux-Nice et la baie des Anges, est un incontournable avec des enfants. Le musée des Arts asiatiques, réalisé par l’architecte japonais Kenzo Tange et situé à l’entrée du parc Phoenix, est un havre de paix. Enfin, j’aime beaucoup me promener dans le parc forestier du Mont Boron, qui domine la baie des Anges. Il offre un espace d’isolement dans une nature luxuriante en plein coeur de la ville.